Enquête sur les usages du Crowdsourcing et du Crowdfunding (partie 3) – Les contributeurs – par V. Rouzé et S. Costantini

Accès direct :
Partie 1 (internautes)
Partie 2 (porteurs de projets)

Focus : contributeurs

Introduction

Cette troisième partie du questionnaire (Voir la présentation et le protocole de l’enquête ici) visait précisément à connaître et comprendre les pratiques des financeurs et de  contributeurs dans les campagnes de financement participatif. De fait, l’acception anglaise parle de « foule » et invisibilise alors les personnes qui contribuent dans un ensemble prétendument homogène. Pourtant, les porteurs de projets autant que les plateformes savent très bien que les participants et les financeurs sont tout sauf homogènes. La règle des trois cercles en témoigne. De même les entretiens avec les porteurs de projets montrent bien que cette « foule » est tout sauf anonyme et que dans la majorité des cas, ces membres appartiennent à la famille ou aux amis proches et éloignés.

Passé ce premier point, il nous importait alors de mieux saisir les motivations, le pourquoi et le comment du financement. Quelles sont leurs motivations, comment choisissent-ils les projets soutenus? comment se répartissent-ils sur le territoire?

Ces questionnements font suite à d’autres travaux portant sur la production participative telles que ceux de Brabhan (2009) ou encore la thèse de Yannig Roth (2015). Chacun d’eux montre que les principales motivations sont de valoriser et faire partager ses créations, de montrer ces compétences, de participer à un projet commun et le voir aboutir, le goût du défi et la stimulation intellectuelle.

L’enjeu est alors ici de voir si ces catégorisations s’appliquent dans le cadre du financement ou non. Dans quelle mesure la communauté participe et vise à valoriser un projet? Quels en sont les ressorts? comment se constitue cette communauté en amont ou avec le projet?  L’hypothèse est que les motivations ou les freins qui animent ces contributeurs sont possiblement d’ordres différents (un simple attachement familial?) que ceux déjà étudiés.

Qui sont les contributeurs?

Le panel des contributeurs à des campagnes de crowdfunding est légèrement plus masculin que les deux autres panels (55% d’hommes et 45% de femmes), et d’un âge médian similaire au panel des porteurs de projet (35 ans).

 

La répartition en termes de CSP est similaire aux deux autres panels (une majorité d’employés, de cadres et professions intermédiaire).
 CSP-contrib

Une disparité géographique?

Q41-CarteFR - zoom

 

 

 

 

Q41-CarteFR-legende

 

 

 

 

 

Si les principaux contributeurs se situent dans les zones urbaines, d’autres, moins nombreux se situent en périphérie et dans les zones rurales. La distinction qui s’opère repose sur le montant moyen donné largement supérieur chez les urbains que chez les ruraux. Le montant moyen donné contributeurs pour le financement d’un projet de CF se situe entre 10 et 50 euros. Toutefois, la distribution spatiale de ces donateurs laisse entrevoir que les grands donateurs (plus de 100€) se situent au sein des grandes métropoles, quand les plus petits donateurs se trouvent davantage dans les zones rurales.

 

Le choix des projets: préférences personnelles ou sociales?

 

Q42

Une grande majorité des dons des contributeurs interviewés a financé des projets entrepreneuriaux et musicaux. Viennent ensuite les projets littéraires et audiovisuels. On peut noter dans ce cadre que plus de la moitié des dons vont au financement de projets provenant des industries culturelles « historiques » (sans compter que les projets entrepreneuriaux peuvent également comprendre la création de produits ou de services émanant de ces industries).

 

Motivations des contributeurs

Q43

Cette distribution semble également consistante avec les motivations des contributeurs quant au financement du projet : celles-ci privilégient en premier lieu « l’idée » du projet et son originalité, ce qui parait cohérent avec le financement d’un produit ou service innovant, ou d’un bien culturel (industrie de prototype).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour une bonne majorité des répondants, le crowdfunding est la première occasion de participer au financement d’un projet culturel. On note également que le montant des dons des personnes ayant déjà participé à ce type de financement « hors ligne » est tout à fait semblable à ceux des dons via une plateforme.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les principaux modes d’accès et de partage des informations relatives aux projets financés par le CF sont les réseaux amicaux et familiaux, par l’intermédiaire des réseaux socionumériques ou non. Les réseaux sociaux (facebook, twitter) restent néanmoins le véhicule privilégié de ces informations, renforçant ici encore le rôle de la communication pour le CF (à la fois sous l’angle des usages, des expériences et des compétences qui y sont relatives). On note également la forte propension de ces internautes à partager des informations sur des projets de CF, même quand celui-ci n’est pas financé.

Publicités