Enquête sur les usages du Crowdsourcing et du Crowdfunding (introduction) par V. Rouzé et S. Costantini

Accès direct :
Partie 1 (internautes)
Partie 2 (porteurs de projets)
Partie 3 (contributeurs)

Contexte général

Cette enquête a été menée et s’inclut dans le cadre du projet de recherche Collab financé par l’Agence Nationale de la Recherche. Le caractère innovant de ce projet multi-face est d’analyser des mutations des modalités de production, de valorisation, tout en montrant comment les logiques d’intermédiation appellent à une hybridation des tâches, des acteurs et des compétences, de proposer une étude comparative inédite à l’échelle nationale et internationale (Terrains en Afrique et en Amérique latine), d’analyser et comprendre les processus de médiatisation et de légitimation du phénomène tout en participant aux débats publiques sur le financement de la culture.

Protocole et Méthodologie

Cette enquête s’est déroulée en deux phases :

  • Une première phase « beta-test » (de janvier à avril 2017), durant laquelle le questionnaire a été lancé et testé à partir du site internet Collab, et diffusé par les membres du projet. Cette première phase a permis de collecter des données de 360 répondants francophones (incluant la Tunisie, le Sénégal, le Canada). Initialement proposés en 3 langues (français, anglais, espagnol), les questionnaires disponibles et administrés en ligne visaient une dimension internationale comparative. Face aux difficultés rencontrées, aux taux de réponses peu significatifs (38 en anglais, 24 en espagnol) et après concertation avec plusieurs instituts ne pouvant garantir l’homogénéité des échantillons, invalidant toute dimension comparative, nous nous sommes concentrés sur la France.
  • Une seconde phase durant laquelle le questionnaire a été auto-administré en ligne (sur Internet, via la méthode CAWI), auprès d’internautes appartenant à l’Access-Panel de la société « Made in Surveys » (certifié Esomar), via sa business unit « Creatests ». Le questionnaire a été diffusé sur les sites Internet de cette société du vendredi 4 août 2017 au vendredi 29 septembre 2017.

L’échantillon final est composé de 1091 interviewés, âgés de 18 à 66 ans, de toutes catégories socio-professionnelles, résidant en France métropolitaine. Afin de toucher à la fois les acteurs du financement participatif (porteurs de projets, les financeurs) mais également celles et ceux qui n’en sont pas familiers, notre échantillon total se répartit en trois groupes représentatifs:

Groupe 1 : 312 interviewés ayant été porteurs de projets de crowdfunding (quel que soit le projet). Soit 312 personnes ayant déjà fait financer (ou essayé de faire financer) un ou plusieurs projets.

Groupe 2 : 446 interviewés ayant déjà contribué à des projets de crowdfunding (quel que soit le projet et le montant de leur contribution). Soit 446 personnes ayant déjà contribué au financement d’un ou plusieurs projets.

Groupe 3 : 424 interviewés n’ayant jamais financé ou créé de projet de crowdfunding. Dont 194 personnes n’ayant jamais entendu parler du crowdfunding, et 230 ayant déjà entendu parler du crowdfunding mais n’y ayant jamais pris part.

Le questionnaire

Au regard des groupes différenciés, le questionnaire proposé se devait d’être adapté à cette contrainte. Il se décompose ainsi en trois parties.

  • une première « généraliste » destinée de façon indifférenciée aux trois groupes (G1-G2-G3) mesurant les pratiques Internet quotidiennes.

  • une seconde « porteurs de projet » destinée plus spécifiquement aux porteurs de projets (G1) visant à mieux saisir les motivations et les activités menées pour mener une campagne de financement (que celle-ci soit une réussite ou un échec)

  • une troisième dédiée plus spécifiquement aux « financeurs » (incluant possiblement aussi les porteurs de projets) (G2-G1) afin de mieux saisir qui ils sont, quelles sont (ou non) les motivations et engagements qui poussent à financer tel ou tel projet.

Les déterminants socio-géo-démographiques

A la lecture de nombreuses études liées aux usages d’Internet et du numérique (INSEE, CREDOC DEPS), plusieurs variables sont systématiquement mobilisées comme discriminantes. Dans le cadre de cette étude, nous en avons retenu 4 principales: le sexe,  l’age, la Catégorie Socioprofessionnelle, la répartition géographique. Afin de respecter une répartition assez équilibrée de ces variables et leur représentativité,, la méthode des quotas a été utilisée, sans redressement statistique.

1. Sexe

La répartition des répondants en termes de sexe est en moyenne plutôt féminine, ce qui correspond à la répartition femme/homme de la population française (Source INSEE)

  • 446 hommes (41%) et 645 femmes (59%) ;

2. Ages

Concernant la variable d’age, 4 tranches d’age ont été retenues, recoupant la catégorisation générationnelle (X, Y, Z). Dans notre étude, la répartition en terme d’âge respecte un équilibre entre les différentes catégories puisque l’échantillon est composé de :

  • 293 interviewés de 18 à 29 ans (27%) ;
  • 333 interviewés de 30 à 39 ans (31%) ;
  • 244 interviewés de 40 à 49 ans (22%) ;
  • 221 interviewés de 50 à 66 ans (20%).

Le panel de répondants à cette enquête est en moyenne plutôt féminin, d’un age médian de 37 ans.

repartition age

3. Catégories socio-professionnelles

La troisième variable mobilisée est la CSP (Catégorie Socio-Professionnelle) donnant ainsi une première estimation du niveau de vie de l’échantillon et de leur possible participation sur les plateformes participatives culturelles. On remarque alors que ce ne sont pas les catégories des cadres et professions intellectuelles supérieures et intermédiaires qui dominent mais celles des employés. De manière plus large, cette répartition selon les CSP montre que loin de les effacer ou de les rendre homogènes (idéologie inhérente au terme critiquable « crowd » ou « foule » en français), les plateformes de financement participatif et leurs acteurs ne suppriment nullement les inégalités numériques et les inégalités d’usages relatives à l’appartenance à une classe sociale particulière.

CSP-ALL

4. Répartition Géographique

mapimage - zoom

 

mapimage-légende

La quatrième variable est celle du lieu de résidence, visant à comprendre la répartition des acteurs du financement participatif sur le territoire français.  Notre échantillon montre une répartition relativement homogène sur le territoire français. Si nous retrouvons une donnée connue  établissant que les principaux acteurs (porteurs de projets et financeurs) se situent majoritairement dans les grandes métropoles urbanisées, notre étude fait apparaître également l’importance d’une participation depuis les villes de moindres densité et celles des zones rurales.

Accédez à la première partie de l’enquête (internautes)

Publicités