Programme de travail

Ce projet ANR de 36 mois a débuté en janvier 2015 et s’articule autour de deux axes principaux :

  1. Plateformes, stratégies des acteurs et diversité culturelle
  2. Médiatisation et politiques publiques : des enjeux de légitimation ?

2387030-panorama-et-resultats-des-plateformes-de-crowdfunding-francaises

Pour chacun de ces deux axes, le travail se répartit en deux tâches sous la responsabilité d’un chercheur du programme :

Axe 1, Tâche 1 (Vincent Rouzé): « Logiques d’intermédiation, rôles et stratégies d’acteurs ». Il s’agit d’analyser des plateformes culturelles inscrites sur le territoire national et d’interroger dans un même élan les possibles logiques de normalisation qui se dessinent au travers de nombreuses plateformes autant que l’activité des différents acteurs qui « pratiquent » ces plateformes et les font exister.

Axe 1, Tâche 2 (Jacob Matthews): « Dispositifs internationaux et diversité culturelle ». La tâche 2, consacrée àl’étude des effets d’homogénéisation et/ou de diversité culturelle dans un contexte international, aborde des problématiques similaires, mais à travers le prisme d’une approche comparative dans des contextes socioculturels différenciés.

Axe 2, Tâche 3 (Loic Ballarini) : Intituée « Plateformes collaboratives et représentations médiatiques », elle interroge les aspects médiatiques des enjeux du crowdfunding et du crowdsourcing, sous deux dimensions : ce que font les plateformes aux pratiques journalistiques ; et inversement ce que les représentations du crowdfunding et du crowdsourcing véhiculées par les médias d’information font à ces plateformes.

Axe 2, Tâche 4 (Marc Kaiser) : La Tâche 4 posera la question de la « Transformation des politiques publiques ». Les plateformes d’intermédiation culturelles apparaissent à la fois comme de nouveaux instruments d’action publique (projets institutionnels de crowdfunding, plateformes soutenues par le ministère de la Culture et de la Communication, etc.) et comme de nouveaux enjeux socio-économiques pour ces institutions (rapports sur l’économie numérique, assises sur le financement participatif, etc.). Cette double perspective sera abordée là encore selon une approche comparative.

Publicités