Objectifs

L’ambition de ce projet et son caractère novateur reposent en premier lieu sur sa volonté d’interroger les dispositifs développés par ces plateformes. L’enjeu réside dans l’analyse croisée des logiques de production, de financement et de consommation. À travers la contextualisation socio-économique du crowdsourcing et du crowdfunding, nous entendons dégager les mutations des modalités de production, de valorisation, de financement, tout en montrant comment les logiques d’intermédiation appellent à une hybridation des tâches, des acteurs et des compétences. Pour cela nous déploierons à la fois une analyse centrée sur les dispositifs dans différents contextes (axe 1) et une analyse centrée sur des espaces potentiels de légitimation de ces dispositifs : l’espace médiatique et les projets émanant d’institutions culturelles publiques (axe 2).

Notre projet propose donc de manière originale et inédite – en particulier de par les terrains choisis en France, en Amérique latine et en Afrique – d’aborder la question de ces dispositifs dans une perspective comparative : nationale et internationale. Notre volonté affirmée d’opter pour cette double approche permettra de mieux saisir si nous assistons à la valorisation symbolique et économique de projets « en marge » des logiques industrielles et institutionnelles, à la mise en place de pratiques localisées spécifiques et originales ; ou si, au contraire, nous nous trouvons face à des logiques d’homogénéisation culturelle, de normalisation, tant dans les pratiques que dans les modalités de consommation et d’externalisation des tâches.

Deuxièmement, ce projet apportera de manière novatrice et inédite des analyses des manières dont les plateformes, autant que certains projets particuliers, sont ou non médiatisés. Le traitement médiatique leur attribue-t-elle une légitimité forte ou au contraire marginale, en les maintenant en dehors des logiques dominantes ? Là encore dans une perspective comparative, il abordera aussi cette question de la légitimation en contribuant à l’élaboration d’une cartographie et d’une analyse du positionnement des politiques et des institutions publiques face à ces plateformes en France toujours mais aussi en Europe et aux États-Unis.

Plus globalement, ce projet de recherche entend contribuer aux discussions concernant la place et le rôle des industries créatives dans les évolutions du capitalisme contemporain, mais aussi à alimenter les débats autour des politiques publiques (nationales, supra-nationales, internationales) implémentées en direction des industries créatives et plus particulièrement à l’égard des dispositifs de financement et de production collaboratifs

Publicités